Une liste complète des pays amis Bitcoin

Contents

Une liste complète des pays amis Bitcoin

Dans cet article, je passerai en revue les pays favorables à Bitcoin via leur politique fiscale et leur position gouvernementale. Pour chaque pays, j’essaierai de fournir autant de références et d’informations que possible sur le Web.

Résumé des pays amis Bitcoin

L’un des plus grands avantages du Bitcoin est que contrairement à la monnaie fiduciaire, il n’a pas de localité (par exemple, Dollar = US, Euro = EU, etc.). Grâce à cela, vous pouvez envoyer et recevoir des Bitcoins depuis et vers n’importe où dans le monde, tant que vous disposez d’une connexion Internet..

Cependant, quand il s’agit d’accepter Bitcoin comme paiement pour votre entreprise ou de pouvoir le déclarer comme votre revenu aux autorités fiscales, les choses peuvent devenir un peu compliquées..

#Crypto ExchangeBenefits

1

Binance
Best exchange


VISIT SITE
  • ? The worlds biggest bitcoin exchange and altcoin crypto exchange in the world by volume.
  • Binance provides a crypto wallet for its traders, where they can store their electronic funds.

2

Coinbase
Ideal for newbies


Visit SITE
  • Coinbase is the largest U.S.-based cryptocurrency exchange, trading more than 30 cryptocurrencies.
  • Very high liquidity
  • Extremely simple user interface

3

eToro
Crypto + Trading

VISIT SITE
  • Multi-Asset Platform. Stocks, crypto, indices
  • eToro is the world’s leading social trading platform, with thousands of options for traders and investors.

Pour certains pays du monde, l’approche décentralisée révolutionnaire de Bitcoin est une menace. Ces pays se protègent de cette «menace» avec une législation anti-crypto et une politique stricte envers les banques et les entreprises qui souhaitent l’adopter.

Heureusement, tous les pays ne sont pas anti-Bitcoin, certains étant sympathiques et même accueillants envers les opportunités commerciales Bitcoin. Si vous recherchez un endroit pour démarrer une entreprise Bitcoin, vous voudrez peut-être visiter des endroits comme Malte, les Bermudes ou la Suisse, pour n’en nommer que quelques-uns.

Dans cet article, je passerai en revue les pays amis du Bitcoin, dans un ordre décroissant sur l’échelle de «convivialité». Voici ce que je vais couvrir:

Conseil fiscal: Si vous êtes intéressé par les conventions fiscales entre votre pays et l’une de celles couvertes ci-dessous, ceci Résumés fiscaux mondiaux page de PwC devrait être éclairante.

Conseil bancaire: Pour découvrir les banques du monde entier qui ont été jugées par les utilisateurs comme amicales ou hostiles à la cryptographie, consultez le Banque lunaire placer. Partagez vos propres expériences avec les banques pour améliorer le site.

# 1 – Malte

Malte est une nation insulaire d’Europe du Sud comptant environ 450 000 habitants. Avec une superficie de seulement 316 km2, Malte est l’un des pays les plus densément peuplés du monde. Malte fait partie de la zone euro et utilise l’euro (EUR) comme monnaie.

#CRYPTO BROKERSBenefits

1

eToro
Best Crypto Broker

VISIT SITE
  • Multi-Asset Platform. Stocks, crypto, indices
  • eToro is the world’s leading social trading platform, with thousands of options for traders and investors.

2

Binance
Cryptocurrency Trading


VISIT SITE
  • ? Your new Favorite App for Cryptocurrency Trading. Buy, sell and trade cryptocurrency on the go
  • Binance provides a crypto wallet for its traders, where they can store their electronic funds.

#BITCOIN CASINOBenefits

1

Bitstarz
Best Crypto Casino

VISIT SITE
  • 2 BTC + 180 free spins First deposit bonus is 152% up to 2 BTC
  • Accepts both fiat currencies and cryptocurrencies

2

Bitcoincasino.io
Fast money transfers


VISIT SITE
  • Six supported cryptocurrencies.
  • 100% up to 0.1 BTC for the first
  • 50% up to 0.1 BTC for the second

L’économie du pays est historiquement basée sur le commerce portuaire. Cependant, la Malta Financial Services Authority (MFSA) a réussi à attirer l’immatriculation des aéronefs et des navires, la délivrance de licences bancaires par carte de crédit, l’administration de fonds et les entreprises de jeux..

Il y a de bonnes perspectives pour les crypto-monnaies à Malte. Binance, le plus grand échange de crypto en volume, a récemment annoncé qu’il le ferait déménager son siège à Malte.  De plus, obtenir la résidence à Malte est assez facile en raison de sa Programme global de résidence.

Taxes maltaises sur Bitcoin

NoMoreTax.eu décrit Malte comme le Leader européen de la cryptographie grâce à sa législation favorable et détaillée.

Malte est l’un des rares pays de l’UE à ne pas imposer de taxe foncière. Les taxes d’affaires pour les «résidents du monde entier» sont de 35%.

Selon No More Tax, les résidents étrangers ne sont pas soumis à l’impôt maltais sur les revenus générés en dehors de Malte, à condition qu’ils ne soient pas versés sur un compte bancaire maltais. Si importé à Malte, ce revenu est imposé à 15% selon Avocats Chetcuti Cauchi (Mars 2017), un cabinet juridique basé à Malte.

En outre, les étrangers résidant à Malte ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu sur les gains en capital de source étrangère, même s’ils remettent ces gains sur un compte bancaire maltais. Cela inclut les bénéfices réalisés sur les marchés boursiers et devrait donc s’étendre aux gains cryptographiques, au moins jusqu’à ce que des lois spécifiques soient adoptées.

Finance Malta, un site d’information quasi-gouvernemental, rapports que Malte n’a pas encore de lois en place pour la taxation de la crypto-monnaie.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

En février 2018, le gouvernement maltais a créé le nouveau Autorité maltaise de l’innovation numérique, qui fournit un cadre réglementaire complet pour les entreprises de cryptographie. Le MDIA cherche à certifier les plateformes blockchain utilisées par les entreprises. Cela améliorera également les processus de vérification pour les utilisateurs de la plateforme cryptographique.

Le Premier ministre de Malte a accueilli Bitcoin et technologie de la blockchain, mentionnant explicitement l’objectif de Malte de devenir «des pionniers mondiaux dans la réglementation des entreprises basées sur la blockchain et la juridiction de la qualité et du choix pour les entreprises fintech de classe mondiale».

Depuis janvier 2018, l’Autorité maltaise des services financiers est faire des plans pour permettre des investissements réglementés dans les crypto-monnaies et les ICO.

Un ministre maltais de l’économie récemment annoncé (Avril 2018) que Malte souhaite devenir connue sous le nom de «l’île Blockchain».

Finance Malta rapporte que le Premier ministre de Malte a déclaré au Parlement européen que les gouvernements de l’UE devraient doubler la technologie blockchain. Le Premier ministre a également déclaré que «la montée des crypto-monnaies peut être ralentie mais ne peut pas être arrêtée.»

Comment le secteur bancaire maltais voit Bitcoin

Depuis novembre 2017, la plus ancienne banque de Malte, la Bank of Valletta (BOV) transactions de crypto-monnaie suspendues. Le gouvernement a déclaré que ces retards avec le secteur bancaire se résoudront d’eux-mêmes une fois la législation officielle en place.


Bermudes# 2 – Bermudes

Les Bermudes sont une petite île des Caraïbes avec une population d’environ 65 000 habitants. C’est une ancienne colonie britannique et fait toujours partie du Commonwealth. En tant que monnaie, il utilise le dollar bermudien, qui est indexé sur le dollar américain. En effet, l’USD est fréquemment utilisé aux Bermudes.

De nombreuses sociétés financières opèrent aux Bermudes, en particulier dans le secteur des assurances, et il y a 4 grandes banques situées là-bas. Les Bermudes auraient le PIB par habitant le plus élevé au monde, car ses taux d’imposition favorables et son style de vie insulaire attirent les particuliers fortunés et les grandes entreprises..

Les Bermudes sont réputées comme paradis fiscal. Il a non TVA, ni impôt sur les sociétés, sur le revenu, sur la fortune ou sur les plus-values. Les Bermudes n’ont qu’un minimum taxe sur les salaires, qui est d’environ 10% sur le haut de gamme, ainsi que des taxes à la consommation élevées sur les biens et services.

Google est l’une des entreprises les plus connues à tirer parti de la législation fiscale bermudienne. Google a envoyé plus de 10 milliards de dollars à sa filiale bermudienne. Cette allocation a permis à l’entreprise d’éviter 2 milliards de dollars d’impôts en 2011.

Il y a plus de 15 000 entreprises enregistrées aux Bermudes qui n’y ont ni présence physique ni employés.

Taxes bermudiennes sur Bitcoin

Les politiques fiscales légères des Bermudes s’étendent au Bitcoin et aux crypto-monnaies en général. Le Bitcoin n’est pas reconnu comme ayant cours légal aux Bermudes, ce qui explique son statut d’exonération fiscale.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

Le site Web du gouvernement des Bermudes comporte un déclaration du ministre des Finances sur l’Initiative gouvernementale sur les crypto-monnaies, publiée en novembre 2017. L’essentiel est que le pays cherche à attirer les entreprises de crypto-monnaie mais met en place une réglementation pour prévenir la criminalité.

Suite à une enquête en crypto-monnaie lancée en novembre 2017, le régulateur financier des Bermudes, la Bermuda Monetary Authority (BMA), a publié un papier en avril 2018 concernant sa proposition de «réglementation des activités de monnaie virtuelle». Ce document est connu sous le nom de Virtual Currency Business Act (VCBA).

Les Bermudes visent à mettre en œuvre des normes anti-blanchiment d’argent (AML) et à fournir un cadre raisonnable et convivial pour les entreprises et les startups de crypto-monnaie. Les règles ne sont pas prohibitives mais visent à favoriser un environnement opérationnel sûr et prévisible.

Les OIC recevront une attention particulière, nécessitant l’approbation explicite du ministre des Finances avant d’être autorisées à opérer aux Bermudes. L’enregistrement des informations sur l’identité du client (mesures KYC) sera obligatoire pour les ICO.

La plus grande entreprise de cryptographie liée aux Bermudes est Binance. Le PDG et fondateur de Binance signé un protocole d’accord avec le ministre des Finances des Bermudes en avril 2018. Binance a jusqu’à présent investi 15 millions de dollars dans la nation insulaire.

Comment le secteur bancaire des Bermudes voit Bitcoin

On peut raisonnablement s’attendre à ce que les banques des Bermudes acceptent les nouvelles réglementations du gouvernement et son attitude accueillante à l’égard de la crypto-monnaie.

la Suisse# 3 – Suisse

La Suisse est un pays prospère d’Europe centrale, synonyme de neutralité politique et de confidentialité bancaire (bien que cela ait été dégradé depuis quelque temps). La Suisse ne fait pas partie de la zone euro, ayant conservé le franc suisse (CHF) comme monnaie.

Le pays est classé premier au monde pour la productivité économique et la compétitivité et a un niveau de vie extrêmement élevé.

Plusieurs grandes entreprises de cryptographie, telles que Shapeshift et Xapo, se sont installées dans la ville suisse de Zoug. Cette région, surnommée «Crypto Valley» a adopté des lois très progressistes concernant la cryptographie et les entreprises connexes, approuvant même Bitcoin comme paiement des factures de services publics. D’autres régions suisses emboîtent le pas, comme Chiasso.

Taxes suisses sur Bitcoin

Les cantons de Zoug et Luzerne ont détaillé leurs approches de la fiscalité Bitcoin dans des articles en langue allemande datant du quatrième trimestre 2017.

Le cabinet d’avocats suisse Vischer a rédigé un excellent Aperçu (Décembre 2017) de la situation fiscale du Bitcoin en Suisse, tout comme GoldenVisa placer.

Les avoirs cryptographiques doivent être déclarés et sont soumis à l’impôt sur la fortune. Ils doivent être évalués selon les prix moyens de fin d’année de l’Administration fédérale des contributions, s’ils sont disponibles. Sinon, ils sont valorisés en fonction du prix d’achat.

Les impôts sur les gains en capital et les compensations pour pertes ne s’appliquent qu’à ceux qui négocient la crypto de manière professionnelle.

La crypto gagnée en tant que salaire est soumise à l’impôt sur le revenu, même pour les travailleurs indépendants. Les bénéfices miniers sont également soumis à l’impôt sur le revenu.

La Suisse est un paradis fiscal de crypto-monnaie «non officiel», selon un expert publié (Février 2018) sur CoinTelegraph.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

Le ministre suisse de l’économie proclamé (Janvier 2018) L’intention de la Suisse de devenir une crypto-nation majeure devant les journalistes lors d’une conférence privée sur la crypto-monnaie. Avec les entreprises Bitcoin, la Suisse pourrait retrouver sa réputation de confidentialité financière.

Une article (Février 2018) publié sur RT.com caractérise la Suisse comme adoptant Bitcoin, altcoins et ICO alors que la plupart des autres pays du monde les sévissent.

Les ICO seront considérés comme des titres en Suisse, selon directives réglementaires adoptée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers en février 2018.

Bien qu’aucune licence ne soit requise pour envoyer ou recevoir des Bitcoins, les entreprises doivent se conformer à la législation suisse contre le blanchiment d’argent (AML), selon un article publié en février 2018.

En 2020, les règles de trading de crypto-monnaie ont renforcé la réglementation avec le Nouveau Loi sur les services financiers et Loi sur les institutions financières. Un point clé de cette législation est un maximum de 1000CHF (réduit de 5000CHF) pour les transactions de crypto-monnaie non identifiées.

Comment le secteur bancaire suisse voit Bitcoin

La banque suisse Vontobel a offert «Mini futures» Bitcoin à la bourse suisse depuis novembre 2017.

Falcon Private Bank, une société d’investissement boutique, a été acheter et stocker Bitcoin au nom de ses clients fortunés depuis juillet 2017.

Vontobel et Falcon ont tous deux déclaré (Décembre 2017) que «les meilleurs jours de la crypto-monnaie sont devant elle».

Banque en ligne suisse, Swissquote, lancé un produit financier en décembre 2017 qui permet aux utilisateurs d’allouer des avoirs entre Bitcoin et USD.

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a autorisé plusieurs banques pour offrir des services de crypto-monnaie, y compris le trading et la conservation.


Gibraltar

# 4 – Gibraltar

Gibraltar est un petit pays situé au sud de l’Espagne. Il abrite à peine environ 33 000 personnes. Bien que autonome, Gibraltar fait partie du territoire du Royaume-Uni. Les livres britanniques et de Gibraltar y ont cours légal, bien que les euros soient fréquemment utilisés de manière informelle.

Les jeux de hasard et les services financiers en ligne sont deux des principales industries de Gibraltar. De nombreuses banques, sociétés de courtage, sociétés d’investissement et d’assurance ont leur siège à Gibraltar. Les entreprises basées sur la blockchain, y compris de nombreux ICO, ont également été attirées par le territoire en tant que lieu attrayant pour faire des affaires.

Taxes de Gibraltar sur Bitcoin

Le taux d’imposition des sociétés de Gibraltar est fixé à 10% depuis 2011.

En 2020, Gibraltar a introduit une réglementation spécifique sur la crypto-monnaie cadre pour les entreprises.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

Gibraltar a formulé le Cadre réglementaire de la technologie du grand livre distribué règles en janvier 2018, accordant une licence formelle aux sociétés de cryptographie de la région.

Avec le cadre réglementaire du DLT, la Commission des services financiers de Gibraltar est devenue le premier médiateur financier en Europe à élaborer réglementations régissant les ICO. Étant donné que les ICO existent dans une zone grise légale dans la plupart des pays – à l’exception de ceux dans lesquels elles sont interdites – ces règles sont susceptibles d’attirer de nombreux ICO dans la juridiction..

Dans le cadre du Brexit, Gibraltar devrait quitter l’Union européenne en 2021. Cela pourrait avoir un impact sur les relations bancaires et juridiques entre Gibraltar et le reste de l’Europe.

L’exigence de licence exacte pour les nouveaux cadres n’a pas encore été annoncée, mais devrait être basée sur 9 points clés.

Comment le secteur bancaire de Gibraltar voit Bitcoin

Le 25 juillet 2016, la Bourse de Gibraltar a annoncé un Exchange Traded Instrument (ETI) basé sur Bitcoin, appelé BitcoinETI. Il s’agit du premier instrument de ce type en Europe et signifie que le secteur financier de Gibraltar est pleinement intégré à la crypto-monnaie.

Alors que la Gibraltar International Bank accepte très bien la cryptographie, sa banque partenaire britannique ne l’est pas. En janvier 2018, la Royal Bank of Scotland (RBS) a refusé de traiter les commandes des entreprises de cryptographie basées à Gibraltar..

Cette décision surprise a laissé de nombreuses entreprises de cryptographie basées à Gibraltar se démener. Ce que cet incident met en évidence est la vulnérabilité de Gibraltar aux décisions commerciales britanniques ou même aux réglementations.

Slovénie# 5 – Slovénie

La Slovénie est un pays d’Europe centrale avec une population d’environ 2 millions d’habitants et une économie forte et avancée. C’est la nation slave la plus riche, mesurée par le PIB par habitant. En tant que membre de la zone euro, la Slovénie utilise l’euro. L’économie est principalement basée sur les services et la qualité de vie y est noté 14e au monde.

La principale bourse internationale, Bitstamp, a été fondée en Slovénie en 2011. La Slovénie possède une énergie hydroélectrique considérable et le service de cloud mining bien connu, NiceHash, opère à partir de là..

À l’instar de l’Estonie, de la Finlande et de la Lituanie, le gouvernement slovène est très accueillant envers la crypto-monnaie.

Taxes slovènes sur Bitcoin

Le Bitcoin et les crypto-monnaies sont classés comme des monnaies virtuelles selon un article (publié en 2017 ou plus tard). Cela signifie que la Slovénie ne taxe pas Bitcoin comme de l’argent ou comme un titre.

Les personnes qui sont imposées sur les bénéfices de la cryptographie en vertu des lois de l’impôt sur le revenu, sur la base de la valeur de la crypto au moment de l’acquisition. Cependant, le trading Bitcoin n’est pas imposé en vertu de ces lois fiscales.

Les personnes qui acquièrent Bitcoin dans le cadre de leurs activités commerciales ou minières paieront de l’impôt sur le revenu..

Bitcoin et crypto sont exonérés de l’impôt sur les plus-values ​​et l’exploitation minière est exonérée de TVA.

Le taux d’imposition des sociétés sur les activités de cryptographie en Slovénie n’est pas bien défini, mais il faut certainement s’attendre à une imposition. L’Administration financière de la Slovénie a déclaré que «le traitement comptable dépend… des circonstances». Des impôts sur les plus-values ​​de 19% peuvent être prélevés sur les bénéfices.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

La ville slovène de Kranj a inauguré ce qui est peut-être le premier public au monde monument à Bitcoin en mars 2018. Cela symbolise l’acceptation par le gouvernement slovène de la crypto-monnaie.

Premier ministre slovène promu le pays comme étant favorable à la blockchain en octobre 2017. Il a salué les startups de crypto dans le pays et a révélé que le gouvernement enquêtait sur l’application de la technologie de la blockchain à ses propres fins.

Le Premier ministre a poursuivi en disant que le gouvernement «veut [s] positionner la Slovénie comme la destination blockchain la plus reconnue de l’Union européenne».

Le PM et le ministre de l’Économie et de la Technologie réaffirmé l’engagement de la nation en faveur de la technologie blockchain lors d’une réunion entre le gouvernement et les acteurs de l’industrie, tenue en février 2018.

Les entreprises de cryptographie slovènes coopèrent entre elles et avec les régulateurs sous le Blockchain Alliance CEE.

Comment le secteur bancaire slovène voit Bitcoin

En septembre 2017, la banque LON de Slovénie est devenue la première banque réglementée au monde à vendre du Bitcoin (indirectement, via l’émission de coupons) à partir de ses 15 banques nationales. Guichets automatiques. La banque a réalisé un chiffre d’affaires d’un demi-million d’euros réalisé en moins de quatre mois.

Malheureusement, l’approche révolutionnaire de LON en matière de Bitcoin était arrêté en février 2018 par la Banque centrale slovène. L’interdiction est intervenue un jour après que la banque centrale a mis en garde contre les risques de la crypto-monnaie, affirmant qu’elle pourrait nuire à la stabilité financière si elle continuait à se développer..

Selon NoMoreTax.eu, les entreprises du pays doivent avoir un compte bancaire réglementé et ne peuvent pas opérer uniquement en crypto-monnaie.


Singapour# 6 – Singapour

Singapour est une nation insulaire d’Asie du Sud-Est de 5,6 millions d’habitants. Le pays a une économie de marché très développée, avec des racines historiques en tant que port commercial. Le pays utilise le dollar singapourien (SGD) comme monnaie. Il est connu comme un paradis fiscal et un centre financier mondial. Singapour a été classée comme le pays le plus «prêt pour la technologie» au monde.

L’économie singapourienne a été classée comme la plus innovante, la plus libre, la plus dynamique, la plus compétitive et la plus favorable aux affaires au monde. Il est considéré comme le 3e revenu par habitant le plus élevé au monde. Singapour est également considérée comme l’un des pays les moins corrompus au monde.

Taxes singapouriennes sur Bitcoin

L’Inland Revenue Authority de Singapour a décidé que les Bitcoins devaient être considérés comme des marchandises et non comme une monnaie.

Toute entreprise traitant avec Bitcoin est tenue de payer la TPS (taxe sur les produits et services) lors de l’échange de Bitcoin ou de son utilisation pour des achats. Cette taxe est actuellement fixée à 7%.

Les entreprises qui achètent ou vendent du Bitcoin à ou auprès de leurs clients seront redevables de la TPS sur les montants échangés ainsi que de leurs frais de commission..

L’impôt sur les plus-values ​​ne s’applique apparemment pas aux investissements à long terme dans Bitcoin. En effet, Singapour n’a actuellement pas de système d’imposition des plus-values ​​en place.

Les bénéfices tirés d’investissements à long terme ne sont donc pas imposables actuellement. Cependant, si les transactions de crypto-monnaie sont considérées comme un actif de revenu, des taxes pourraient être appliquées en fonction de la nature du rendement selon le Guide IRAS e-Tax publié en avril 2020

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

En février 2018, le vice-Premier ministre de Singapour et ministre de l’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a répondu aux questions parlementaires concernant l’interdiction du commerce de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies..

Le vice-Premier ministre a souligné que les crypto-monnaies sont expérimentales, hébergent de nombreuses transactions illicites et présentent un risque important pour les consommateurs. Il a également déclaré que le MAS surveille de près les crypto-monnaies et cherche à avertir les consommateurs de leurs risques..

MAS cherche également à amener Bitcoin sous règlement singulier en combinaison avec d’autres services monétaires.

Cependant, le vice-Premier ministre a également déclaré qu’il n’y avait aucune raison prévisible d’interdire Bitcoin à ce stade, et que Singapour pouvait tolérer l’utilisation de crypto-monnaies..

Comment le secteur bancaire de Singapour voit Bitcoin

En novembre 2017, la plus grande banque publique de Singapour, DBS accusé Bitcoin d’être un «stratagème de Ponzi». Cela contraste avec la position plus neutre de l’Autorité monétaire de Singapour sur Bitcoin.

Les entreprises Bitcoin étaient dans une situation difficile en septembre 2017, lorsque les banques singapouriennes fermé les comptes bancaires de plusieurs entreprises de crypto-monnaie. Par exemple, CoinHako, une entreprise liée à la crypto-monnaie, a fermé ses comptes bancaires par DBS.

Alors que DBS était clairement hostile au Bitcoin, Moon Banking rapports de nombreuses banques à Singapour qui sont compatibles avec la cryptographie. Cependant, il n’y a que quelques votes dans la plupart des cas. Des votes récents suggèrent que DBS est devenu plus ouvert à Bitcoin.

Estonie

# 7 – Estonie

L’Estonie est un pays d’Europe du Nord et membre de la zone euro. Il a une petite population de 1,3 million de personnes. L’Estonie est technologiquement avancée, étant le berceau du populaire service Skype. Le pays est généralement prospère et très bien noté pour sa liberté économique (4e en Europe) et sa facilité de faire des affaires (12e au monde).

Le pays se distingue également en tant que leader du gouvernement électronique, ayant mis en œuvre le vote par Internet en 2005. L’Estonie envisage même le lancement de sa propre crypto-monnaie nationale., Estcoin.

Taxes estoniennes sur Bitcoin

Un peut-être obsolète résumé (T2 2014) des lois estoniennes sur la fiscalité Bitcoin révèle que l’Estonie classe Bitcoin de la même manière que la BCE. Le Bitcoin est considéré comme une monnaie alternative, mais pas comme une sécurité. Les personnes ou les entreprises effectuant des transactions Bitcoin doivent être enregistrées en tant que fournisseurs de services commerciaux.

Selon un article (T4 2017) par le fondateur d’Incorporate.ee, les bénéfices Bitcoin sont soumis à l’impôt sur les plus-values ​​(d’environ 25%), mais exonérés de TVA (20%).

La CJE, la plus haute juridiction de l’Union européenne, gouverné en octobre 2015, les transactions Bitcoin sont exonérées de TVA. Le tribunal considère le Bitcoin comme une monnaie plutôt que comme un bien (ce dernier étant soumis à la TVA).

Un assez récent (T2 2017) article par un commerçant de Bitcoin dénonce l’impôt de 25% sur les plus-values ​​en Estonie et ses 33% impôt social. Ces tarifs peuvent ne pas s’appliquer dans tous les cas – un opérateur basé en Estonie rapports (T1 2018) ne payant que 20% d’impôt sur le revenu.

Les entreprises potentielles doivent mener leur propre enquête sur le tarif qui leur serait facturé, car il est susceptible d’être considérablement inférieur à ce maximum indiqué..

Un bon point de départ serait le Office estonien des impôts et des douanes et ce guide concernant la fiscalité des transactions de crypto-monnaie en Estonie.

Notez que les «e-résidents» (décrits ci-dessous) ne sont imposés que sur les revenus tirés en Estonie.

 Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

Pionnier de l’Estonie e-résidence Le système permet aux ressortissants étrangers d’établir facilement une présence légale et bancaire dans le pays – et par extension, en Europe. Combiné à l’attitude positive du pays envers la crypto-monnaie, cela en fait un excellent point d’entrée sur le marché européen.

La résidence électronique n’équivaut pas à la résidence fiscale, et ne fonctionne pas non plus aux fins de l’enregistrement auprès d’échanges cryptographiques.

Le gouvernement a une position accueillante sur le Bitcoin et la crypto-monnaie en général. L’Estonie est considérée comme le pays balte le plus facile pour ouvrir une entreprise Bitcoin.

Un récent (T1 2018) fil de discussion du forum, concernant la création d’une entreprise liée à la cryptographie en Estonie par des «étrangers» résidant en ligne, décrit l’ordre dans lequel procéder.

Bien que le processus semble simple et peu coûteux, notez qu’il est nécessaire de sécuriser des licences spécifiques pour le fonctionnement légal de toute entreprise liée à la cryptographie. Cela démontre que la clarté réglementaire sur la cryptographie existe certainement en Estonie.

Le gouvernement estonien envisage toujours de lancer Estcoin, malgré critique (T3 2017) du projet de la Banque centrale européenne. Cela montre que l’Estonie exerce au moins un certain degré d’indépendance dans la promotion de la crypto-monnaie, même si la BCE s’oppose à la crypto-monnaie afin de protéger son monopole fiduciaire.

Le gouvernement estonien envisage même une fonds souverain (T3 2017) basé sur Bitcoin.

Le coût d’ouverture d’une entreprise Bitcoin en Estonie était aussi bas que, aurait (T4 2017) environ 8000 euros.

L’introduction de la réglementation européenne en 2020 semble restreindre l’attrait de l’Estonie pour les entreprises Bitcoin. Le fardeau supplémentaire sur la politique Know Your Customer a fait grimper les coûts avec certaines entreprises rapporting plus de 18 000 $ de frais de licence annuels.

Comment le secteur bancaire estonien voit Bitcoin

La banque LHV d’Estonie déclaré (T1 2016) qu’il s’intéresse à la technologie blockchain et soutient les valeurs de Bitcoin. La banque a émis un portefeuille basé sur la blockchain pour les jetons en euros et forme même ses employés à la crypto-monnaie.

LHV c’est aussi en partenariat avec Coinbase et la bourse britannique Coinfloor, c’est donc probablement le meilleur choix pour une banque estonienne.


Géorgie# 8 – Géorgie

La Géorgie, le pays (à ne pas confondre avec l’État américain) est une nation d’Europe de l’Est de près de 4 millions d’habitants. Il n’est pas membre de la zone euro et utilise le Iari géorgien (GEL) comme monnaie.

Afin d’attirer les investissements étrangers dans son industrie informatique, la Géorgie a mis en place la zone industrielle franche de Poti près de sa capitale, Tbilissi, en 2015.

L’économie géorgienne post-soviétique est l’une des plus dynamiques d’Europe de l’Est, grâce aux réformes économiques et à la modernisation. En 2017, la Géorgie était classée 14e au monde pour la facilité de faire des affaires et 13e pour la liberté économique. Cependant, en 2016, la Géorgie était mal notée parmi les pays européens pour le développement de son secteur informatique (bien que cela s’améliore constamment).

La Géorgie a le deuxième hashrate minier Bitcoin le plus élevé au monde après la Chine, selon le Étude comparative mondiale sur les crypto-monnaies, publié en 2017. Ceci est largement dû à la présence d’un Installation minière de Bitfury près de Tbilissi.

Taxes géorgiennes sur Bitcoin

Les impôts en Géorgie sont relativement faibles, seuls les revenus générés par des sources géorgiennes sont imposés.

Les entreprises situées dans la zone industrielle franche de Poti bénéficient d’un régime fiscal préférentiel. Dans cette zone, il n’y a ni TVA, ni dividende, ni taxe sur les bénéfices, ni taxe foncière. La taxe sur les baux et les salaires s’appliquera toujours.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

En février 2017, le gouvernement géorgien approuvé un système dans lequel les transactions de propriété de l’État seront enregistrées via le réseau Bitcoin. Celui-ci sera développé en coopération avec Bitfury.

En avril 2016, Bitfury et le gouvernement géorgien lancé un projet de cadastre basé sur la blockchain. Le gouvernement accueille favorablement les investissements liés à la cryptographie et entretient des liens étroits avec le grand mineur de Bitcoin, Bitfury.

La crypto-monnaie n’est pas considérée comme ayant cours légal en Géorgie.

Le co-fondateur de l’entreprise de cryptographie basée en Géorgie, Spotcoin, déclaré en mai 2018 qu’il croit probable que le gouvernement géorgien enquêtera bientôt sur la réglementation de la crypto-monnaie.

Comment le secteur bancaire géorgien voit Bitcoin

La Banque nationale de Géorgie a émis un Attention concernant la volatilité de la crypto-monnaie en décembre 2017. Cependant, aucune mesure réglementaire n’a été prise.

Biélorussie# 9 – Biélorussie

La Biélorussie est une nation d’Europe orientale de près de 10 millions d’habitants. L’économie du pays est essentiellement manufacturière et utilise le rouble biélorusse (BYR) comme monnaie. Le gouvernement a récemment adopté la crypto-monnaie dans le cadre de son programme visant à développer le secteur informatique et à attirer les entreprises, les investissements et les talents étrangers..

Le Ordonnance sur le développement de l’économie numérique, signé par le président Loukachenko en décembre 2017, expose en détail les plans du pays.

Notez que ces nouvelles règles régissant la crypto – peut-être les plus progressistes au monde – ne s’appliquent qu’aux particuliers ou aux entreprises qui sont des résidents enregistrés du Hi-Tech Park. Il s’agit d’une zone économique spéciale située dans la capitale de Minsk.

Alors que les médias occidentaux sont visiblement négatifs dans leur couverture de la Biélorussie, peut-être en raison de l’étroite association du pays avec la Russie, la Biélorussie présente une opportunité intéressante pour le bon type d’activité Bitcoin..

Taxes biélorusses sur Bitcoin

En vertu de l’ordonnance, le Bélarus a renoncé à toutes les taxes sur les transactions et les revenus de crypto-monnaie pendant cinq ans (donc jusqu’en janvier 2023). En d’autres termes, pas de taxation de l’exploitation minière, du commerce ou d’autres activités commerciales impliquant la crypto. Les cadeaux et héritages Bitcoin sont également exonérés d’impôt.

Le statut de franchise d’impôt s’applique également aux affaires menées avec des pays étrangers.

Le ministère des Finances de Minsk a créé nouvelles règles comptables qui concernent spécifiquement la crypto-monnaie. Cela apporte une clarté indispensable à la déclaration fiscale.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

Le président du Bélarus a mis son nom sur un décret qui légalise pleinement la technologie blockchain dans le pays. Toutes les activités commerciales liées à la cryptographie, y compris les ICO, les échanges, l’exploitation minière, les contrats intelligents, etc. sont désormais considérées comme légales dans le pays.

Notez que la crypto-monnaie n’est pas considérée comme ayant cours légal en Biélorussie, ce qui signifie qu’aucune personne ou entreprise n’est obligée de l’accepter à la place des roubles biélorusses..

Les entreprises étrangères peuvent profiter des politiques favorables du Bélarus en y enregistrant une entreprise, selon un article à partir de janvier 2018).

Les spécialistes informatiques étrangers peuvent rester en Biélorussie sans visa pendant 180 jours.

Comment le secteur bancaire biélorusse voit Bitcoin

Compte tenu de la législation adoptée au plus haut niveau, les banques du pays n’ont pas d’autre choix que de se mettre en ligne.

En juillet 2017, la Banque nationale de la République du Bélarus a donné le feu vert aux banques locales pour utiliser des systèmes de blockchain pour «transmission de garanties bancaires.”Cela semble faire référence à une blockchain autorisée pour enregistrer les accords de crédit entre les banques et l’État.

La banque centrale a également révélé son intention d’appliquer la technologie de la blockchain à la gestion de la monnaie et des bourses biélorusses.


Hong Kong# 10 – Hong Kong

Hong Kong est une région administrative spéciale de Chine, située le long de sa côte sud. En dépit d’être un petit territoire, Hong Kong a une population de plus de 7 millions d’habitants et une économie forte, largement basée sur la finance et le commerce. Son économie, classée au 44e rang mondial, a également été classée le plus libre dans le monde depuis 1995 (bien que l’influence croissante de la Chine puisse modifier cela à l’avenir).

Hong Kong a sa propre monnaie, le dollar de Hong Kong (HKD), qui a beaucoup de volume d’échange. Hong Kong a une réglementation plus légère que la Chine et l’anglais y est plus couramment parlé qu’en Chine, en raison de l’histoire de Hong Kong en tant que colonie britannique.

Taxes de Hong Kong sur Bitcoin

Bitcoin est exonéré à la fois de la TVA et de l’impôt sur les plus-values ​​à Hong Kong. Cependant, l’impôt sur le revenu s’appliquera toujours, qu’une entreprise reçoive HKD ou BTC. Les rapports peuvent être effectués dans l’une ou l’autre des devises.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

L’Association Bitcoin de Hong Kong décrit (Février 2018) la région comme ayant des réglementations fiables, prévisibles et sans intervention. On dit que les règlements sont simples et clairs. Le groupe donne un bon aperçu de l’évolution de la réglementation Bitcoin de Hong Kong au fil des ans.

Le Bitcoin est classé comme une marchandise virtuelle plutôt que comme une monnaie. Selon l’Association Bitcoin de Hong Kong, cela signifie qu’il n’est pas réglementé par les chiens de garde financiers existants.

L’Association affirme que le commerce de Bitcoin n’est pas réglementé par l’une des organisations qui supervisent le commerce des matières premières. Le statut juridique de Hong Kong en tant que «port franc» signifie que la législation commerciale est généralement légère.

En avril 2018, l’agence des services financiers et du Trésor de Hong Kong publié un rapport sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, qui a examiné le rôle de Bitcoin et d’autres cryptos dans de telles activités. Il a été conclu que la cryptographie n’avait aucun «impact visible» dans ces domaines.

À titre d’exemple de l’influence chinoise menant à une réglementation plus stricte, le South China Morning Post signalé en février 2018, les législateurs et les courtiers ont appelé le gouvernement de Hong Kong à adopter une réglementation plus stricte sur Bitcoin.

Cela fait suite aux interdictions de la Chine sur les échanges de crypto-monnaie et l’activité ICO, ainsi qu’au resserrement des restrictions en Allemagne et aux États-Unis..

Comment le secteur bancaire de Hong Kong voit Bitcoin

Les banques de Hong Kong ne semblent pas aussi amicales envers Bitcoin que le gouvernement là-bas. Hang Seng Bank fermé le compte du grand échange crypto, Gatecoin, en septembre 2017 sans avertissement.

Gatecoin affirme avoir déployé tous les efforts possibles pour se conformer à la lutte contre le blanchiment d’argent (AML). Plusieurs autres startups cryptographiques ont également vu leurs comptes gelés.

HSBC (Hong Kong and Shanghai Bank), l’une des plus grandes banques du monde qui a été fondée à Hong Kong mais dont le siège est maintenant à Londres, a déclaré qu’elle avait un «appétit limité» pour les échanges cryptographiques mais accueillait les start-ups.

La banque centrale de Hong Kong, connue sous le nom d’Autorité monétaire, a déclaré que le taux de rejet des nouveaux comptes commerciaux n’était que de 5%.

Japon# 11 – Japon

Le Japon n’est pas à la traîne en ce qui concerne Bitcoin. Le premier grand échange Bitcoin au monde, Mt. Gox, était basé à Tokyo. L’inventeur du Bitcoin, Satoshi Nakomoto, avait même un pseudonyme japonais.

Le Japon est certainement l’un des pays à la pointe de l’adoption, de la légalisation et de l’intégration de Bitcoin. Par exemple, le Japon a été le premier pays au monde à (sans doute) approuver Bitcoin comme monnaie légale. Le pays a également été le premier à adopter une large réglementation de ses 32+ échanges de crypto-monnaie, visant à améliorer leur sécurité.

Alors que le Japon est souvent signalé (T1 2018) En tant que leader mondial des volumes de trading crypto, il faut garder à l’esprit que bon nombre de leurs bourses proposent des échanges sans frais, ce qui peut considérablement gonfler les volumes (comme on le voit avec Volume Bitcoin chinois), avant et après l’imposition par leur gouvernement de frais de négociation obligatoires).

Taxes japonaises sur Bitcoin

En décembre 2017, l’Agence nationale des impôts du Japon a publié conseils sur le traitement fiscal des bénéfices cryptographiques.

Essentiellement, toute personne gagnant plus de 20 millions de JPY (environ 184 000 USD) par an ou réalisant des bénéfices supérieurs à 200 000 JPY (1 840 USD) sera éligible à l’impôt. Ces bénéfices sont classés comme des recettes diverses. Les détenteurs ne sont pas imposés, seuls ceux qui tirent des bénéfices de la vente de pièces de monnaie ou de leur utilisation pour l’achat de biens et de services.

Le Japon a un système d’imposition à 7 niveaux. Les taux d’imposition varient entre 5 et 45 pour cent, sur la base des revenus annuels. Il existe également une taxe d’habitation sur tous les revenus de 10%, pour un taux d’imposition maximum de 55%.

Les pertes commerciales ne peuvent pas être utilisées pour compenser les bénéfices cryptographiques, ni les pertes cryptographiques ne peuvent être utilisées pour compenser d’autres gains.

La taxe à la consommation a été supprimée de Bitcoin en avril 2017, lorsqu’elle a été déclarée ayant cours légal.

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

Cabinet du Japon officiellement reconnu Bitcoin comme «argent réel» au premier trimestre 2016.

Le Bitcoin est considéré comme légal au Japon et sa réglementation n’est pas si stricte qu’elle y étouffera la croissance de Bitcoin.

La loi japonaise sur la monnaie virtuelle est entrée en vigueur le 1er avril 2017. Elle régit principalement les exigences de fonds propres et les processus de sécurité des échanges.

Le Conseil des normes comptables du Japon est aurait (T1 2017) travaillant sur un cadre pour le traitement de la crypto-monnaie.

Le Japon a fait de nouvelles avancées législatives en 2020 avec des changements importants dans l’enregistrement des entreprises et les licences dans le secteur de la crypto-monnaie. Le cadre détaille plus en détail comment les entreprises Bitcoin doivent se comporter, y compris le stockage des fonds, la divulgation des actionnaires, les responsabilités d’audit et le marketing.

Comment le secteur bancaire japonais voit Bitcoin

La plus grande banque du Japon, MUFG (Mitsubishi UFJ), prévoit de lancer son propre échange de crypto-monnaie, sa propre pièce de monnaie et des comptes Bitcoin séparés pour les clients d’autres bourses japonaises. C’est selon couverture de l’actualité à partir de janvier 2018.

L’échange cryptographique japonais, bitFlyer, a reçu un capital d’investissement dans début 2017 ou fin 2016 des trois plus grandes sociétés bancaires japonaises; Mitsubishi UFJ, Sumitomo Mitsui et Mizuho Banking Corporation.


Allemagne

# 12 – Allemagne

Avec une population de près de 83 millions d’habitants, l’Allemagne est souvent considérée comme le premier pays européen en termes de puissance technologique, industrielle et économique. Le pays est le troisième exportateur mondial de biens et possède une économie dynamique, avec une main-d’œuvre hautement qualifiée et un stock de capital important.

Le pays semble avoir une relation d’amour-haine avec Bitcoin. Tout en l’acceptant comme monnaie valide, le gouvernement cherche toujours à imposer de nouvelles réglementations sur la crypto-monnaie, faisant de ce sujet un sujet de discussion lors du sommet du G20 qui s’est tenu au début de 2018. Il reste à voir si Berlin, étiqueté par The Guardian en 2013 comme le «Bitcoin Capital of Europe», peut conserver cette réputation éclatante face à la concurrence sérieuse d’autres villes européennes.

Taxes allemandes sur Bitcoin

Le Bitcoin étant considéré comme une monnaie légitime en Allemagne, le pays a annoncé que pas de taxes sera facturé pour les transactions.

Fini les taxes UE déclaré (en 2017 ou plus tard) que si vous détenez Bitcoin ou d’autres altcoins pendant un an ou plus, vous ne paierez aucun impôt sur les plus-values ​​lors de leur vente. Il s’agit d’une loi apparemment conçue pour encourager le hodling!

Position du gouvernement sur les entreprises Bitcoin

En 2013, le ministère des Finances allemand classifié Bitcoin comme «unité de compte». Le Bitcoin était depuis longtemps accepté en Allemagne comme «argent privé». Cette nouvelle classification signifie que Bitcoin peut être considéré comme une monnaie à des fins de taxation et de négociation.

Bitcoin était approuvé comme moyen de paiement acceptable en mars 2018 par l’Office national du tourisme allemand.

La position plus libérale de l’Allemagne sur Bitcoin a été étendue en 2020, permettant aux banques et aux institutions financières de gérer les crypto-monnaies au nom des clients.

Comment le secteur bancaire allemand voit Bitcoin

Lors du récent sommet du G20 en février 2018, les chefs économiques et les principaux banquiers centraux allemands se sont rangés du côté de la France pour enquête sérieuse et réglementation renforcée de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies. Cependant, au cours du sommet, il a été décidé qu’aucun autre règlement ne devait être mis en œuvre.

En avril 2018, Banque Allemande appelé pour une sévère répression réglementaire – et même un arrêt – des crypto-monnaies. Ils affirment que des devises comme Bitcoin ne font qu’accroître la fraude financière et la cybercriminalité.

En avril 2018, la banque de titres allemande, Wertpapierhandels Bank, a lancé un service de trading de crypto-monnaie, en partenariat avec Solaris Bank. A ce stade, le service n’est ouvert qu’à leurs clients professionnels.

Un nouveau service bancaire en ligne allemand prometteur nommé Bitbond utilise Bitcoin comme plate-forme pour les prêts internationaux entre pairs.

Banque lunaire rapports que Bayrische Landesbank, Commerzbank, Fidor, GLS Bank, Landesbank Baden-Württemberg, N26, Norddeutsche Landesbank et Sparkasse sont toutes des banques crypto-friendly. Deutsche Bank était considérée comme hostile à la crypto.

Conclusion

Lors du choix d’un emplacement pour votre entreprise Bitcoin, il est essentiel que vous découvriez d’abord quelle est l’approche du gouvernement et des banques envers Bitcoin dans ce pays..

Bien que j’aie essayé de couvrir autant que possible dans cet article, il est important de rester informé et de garder les yeux et les oreilles ouverts. De nombreux pays essaient encore de comprendre cette nouvelle forme d’argent et les choses peuvent changer un peu par rapport à leur situation actuelle..

C’est tout! Si vous souhaitez partager votre expérience avec l’un des pays ci-dessus ou pensez que j’ai oublié quelque chose, n’hésitez pas à laisser un commentaire dans la section commentaires ci-dessous.

Mike Owergreen Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
follow me
Like this post? Please share to your friends:
Adblock
detector
map